INTERVIEW : René, le Lapin Blanc de PARADIGM Films : Design Fiction et Escape Game Maison !

PARADIGM Films produit entre autres des clips, tel le très réussi What I Want de René & Félix Métayer :

René.

PARADIGM Films, dans le radar du Bureau parisien du Musée du Fake car une des rares sociétés spécialisées dans le Design Fiction , lance Escape Maison, le « 1er escape game à domicile, écoresponsable, durable et artisanal » ! Il était temps de rencontrer René, le Lapin Blanc pas loin de son terrier dans l’Est parisien.

Nous connaissions les Escapes Games physiques, les jeux de rôle en-ligne, mais pas l’Escape Game à domicile, pouvez-vous nous en expliquer les grandes lignes ?

Le concept de l’escape game à domicile (ou escape box) est simple : recréer une partie d’escape game entre amis dans son salon. Il existe une pléthore de variantes pour pousser plus ou moins le niveau d’immersion des joueurs. Idéal pour s’évader pendant le confinement par exemple ! 
Malheureusement, après avoir testé plusieurs formules différentes, j’ai regretté l’absence de conscience environnementale dans le mode de production ou distribution, d’autant plus qu’il s’agit de jeux à usage unique… Les accessoires sont souvent limités : de simples cartes, ou objets de qualité relative qui sont fabriqués de manière industrielle en Chine ou en Pologne. De plus, l’atmosphère musicale, sonore et lumineuse est souvent bâclée alors qu’elle revêt un caractère important du fait de l’immersion des joueurs. L’idée de repenser ce modèle économique non durable s’est alors mise à germer dans mon esprit.

Alice est un symbole dans les univers de créations interactives et de game design. En écriture créative transmedia on évoque souvent le « rabbit hole » : un lecteur ou spectateur change la narration en choisissant une galerie plutôt qu’une autre. Est-ce pour cela que vous avez choisi le monde d’Alice ?

En tant que retardataire chronique, je me suis toujours identifié au Lapin Blanc qui court après le temps. Blague à part, et malgré toute la force symbolique dont l’œuvre de Lewis Carroll Alice au pays des merveilles est empreinte, mon choix d’exploiter cet univers fantastique pour mon premier scénario d’Escape Maison n’est qu’une succession de coïncidences ! Lorsque j’ai eu l’idée de concevoir un escape game à domicile artisanal pour amuser mes amis il y a presque deux ans, j’étais plongé dans la version bilingue du livre pour ma culture personnelle (j’étais d’ailleurs plus focalisé sur la partie française tant la version originale et son anglais ancien est difficile à déchiffrer…). C’est alors que la vision d’une boîte de jeu aux multiples mécanismes et salles miniatures afin d’illustrer les méandres du Pays des Merveilles m’est venue. Découvrant également de nombreux détails méconnus de l’histoire dans le livre, je me suis attaché à respecter au plus près l’œuvre d’origine. Le fil rouge de mon jeu est d’ailleurs de retrouver des pages perdues du livre qui servent de support aux différentes énigmes à résoudre.

Racontez-nous en quoi votre version d’Alice est écoresponsable ?

Mon travail d’adaptation d’Alice au pays des Merveilles en jeu Escape Maison a été guidé par l’envie de questionner nos pratiques de consommation ludiques et d’améliorer le niveau d’immersion des joueurs dans ce système d’escape box.
Partant du principe que la vente d’un jeu à usage unique était contraire à toute logique écoresponsable, je me suis orienté vers un système basé sur de la location. Ce choix me permet de privilégier la qualité à la quantité, favorisant ainsi la production artisanale et la recherche d’objets véritables.
Afin de renforcer l’immersion des joueurs par l’authenticité des accessoires, j’ai privilégié le marché de la seconde main. Ainsi, ai-je donné une seconde vie à des objets qui ont du vécu et de la “gueule”. Même la mallette de transport provient de la récup’ !
La boîte en bois Le Terrier est conçue par un artisan français, Teddy Mathieu, qui possède son atelier dans un petit village de la Loire.  N’étant pas dans une logique de production industrielle, nous avons pu privilégier des matériaux nobles (bois, métal, liège).
Globalement le circuit court a également été favorisé, tant au niveau de la recherche des accessoires qui composent les mallettes de jeu qu’au niveau du périmètre restreint de la livraison à domicile assuré par un réseau de distribution de proximité grandissant de responsables Escape Maison.
Et en bonus, je me suis engagé à planter un arbre par partie jouée auprès de l’ONG Planète Urgence. Je n’ai pas encore fait de bilan carbone précis du projet mais je m’y mettrais certainement bientôt !

Vous êtes aussi réalisateur de design fiction. Au Musée du Fake nous dansons toujours sur la ligne de crête entre fiction et réalité donc votre métier nous fascine. Etes-vous aussi militant que les Yes Men qui eux aussi éditent de faux journaux, faux sites, fausses interventions en conférences ou en facs… ?

Je commencerais par distinguer mon travail d’auteur / réalisateur de Design fiction qui reste un travail de commande pour des organismes publics ou des entreprises du secteur privé, de mon militantisme personnel à travers mes œuvres de fiction autoproduites.

Pour rebondir sur l’aspect interactif des Yes Men que vous mentionnez, j’ai réalisé un film de Design fiction il y a 2 ans en partenariat avec le collectif Making Tomorrow et le groupe Onepoint x Weave qui a été projeté lors du salon DeepTech “Hello Tomorrow” devant un public non averti (et crédule).

L’idée était de créer de toute pièce une fausse start-up qui utiliserait une vraie découverte scientifique, celle de la visualisation des particules fines dans les cellules pulmonaires, pour en faire un objet de haute technologie. Cet outil qui devait initialement permettre de prouver le lien de causalité de la pollution de l’air sur la santé publique afin de mieux défendre les citoyens face aux gros industriels pollueurs, a finalement été exploité comme outil business auprès des banques, des assurances et même des applis de rencontre …

Ce genre d’expérience collective nous rappelle qu’il est toujours bon de rechercher l’origine d’une information, et, idéalement, d’en croiser les sources. Difficile à une époque où nous sommes submergés par la quantité d’informations qui nous parviennent quotidiennement, sans compter l’usage grandissant du deepfake dans les années à venir…

Outil de réflexion à l’innovation, le Design fiction met en exergue certains aspects précis de ces visions anticipatoires aux relents dystopiques façon Black Mirror. Il questionne la morale derrière une pratique nouvelle ou une technologie émergente, et se pose comme garde-fou des dérives de notre société en constante mutation.

René

D’un point de vue plus personnel, je suis actuellement en développement d’une série thriller Dictature Verte qui plonge le spectateur dans une société française de 2030 qui aurait pris un virage environnemental fort. Pour construire cet univers – de l’ordre du fantasme aujourd’hui – je me base sur les travaux du think tank The Shift Project dirigé par Jean-Marc Jancovici. Leurs travaux exposent des solutions systémiques pour faciliter la transition environnementale en prenant la décarbonation de notre économie et l’emploi comme clés de voûte. L’objectif de Dictature Verte est de vulgariser ces rapports indigestes pour le commun des mortels (et moi le premier), en leur donnant corps, mais aussi de créer une vision enthousiasmante d’un futur proche, proposition qui semble de plus en plus rare dans le paysage audiovisuel d’aujourd’hui.

A l’instar de la Convention Citoyenne pour le Climat – qui restera, je le crains, un écran de fumée médiatique et politique – The Shift Project, et in fine la série, amène des nouvelles idées et mesures concrètes, réalistes, sur la table. Car le manque d’informations sur ces sujets pourtant essentiels, génère un immobilisme généralisé, une peur du lendemain qui n’est bénéfique pour personne, à l’exception des court-termistes adeptes du “business as usual”.

Qui est René ?

René, c’est un pseudonyme de création qui permet de mettre plus facilement de côté son égo avant de se lancer dans l’écriture d’un scénario ou la création d’un projet. René cache peut-être plusieurs identités d’ailleurs… Fake news ? Intox ? Deepfake ? Pilule rouge ? Bleue ? Mais que savez-vous vraiment de la réalité ? Vous devriez suivre le lapin blanc dans le Pays des Merveilles, ça vous remettra les idées en place.
Merci à vous et bonne continuation !

LIENS
Achetez votre partie en soutenant le projet : kisskissbankbank.com/fr/projects/escapemaison
FB : facebook.com/escapemaison.rene
Insta : https://www.instagram.com/escapemaison/
Terrier : https://www.escapemaison.com/
Maison d’Alice : https://www.paradigm-films.com/

Autumn-The Third Day : un épisode tourné en temps-réel en direct pendant 12h !

The Third Day, la série.

-!- Attention : D’après notre experte Séries celle-ci est uniquement réservée au public adulte averti.

La série The Third Day est le premier projet TV de la très célèbre compagnie de théâtre dit immersif anglaise Punchdrunk.
Il s’agit d’une mini-série dramatique horrifique écrite par Dennis Kelly (série Utopia) et Felix Barrett, fondateur de Punchdrunk.

The Third Day est divisé en 3 parties composées de 3 histoires interconnectées :
Summer qui suit Sam/Jude Law un père qui accoste malencontreusement sur une île au large de la côte britannique. Il y découvre les étranges coutumes de ses habitants et est confronté aux démons de son passé.
– La 2e saison, Winter suit Helen/Naomie Harris qui enquête sur l’île en étranger volontaire.
– et Autumn, l’histoire qui relie ces 2 saisons sera diffusée en direct (Sur Sky et en-ligne précisions à venir), samedi 3 octobre 2020, pendant 12h !

Le principe semble simple : Les téléspectateurs suivront via une seule caméra les événements d’une journée en temps réel enregistrée en direct depuis Osea, l’Ile qui sert de décor à la série.
Au départ le public devait même être invité à rejoindre les acteurs mais la crise Covid a emportée cette idée. Tout est minutieusement préparé, mais une répétition totale étant impossible, même les showrunners ne peuvent qu’imaginer le résultat final de cet incroyable direct en prise continue !

« Une fois que nous appuyons sur GO à 9h du matin, les actions se déroulent comme si elles étaient réelles au cours des 12 prochaines heures.
Cela va être assez sans précédent. Nous voulons capturer le frisson de la performance live. Nous essayons vraiment de capturer cette sorte de nature fragile du «tout peut arriver». Nous voulions nous appuyer sur la spontanéité d’une fois, et d’une seule fois. »

Felix Barrett, co-créateur de la Série.

Il existe quelques exemples de ce type de tournages de fictions en directs : l’épisode Ambush de la série Urgence joué deux fois pour la Côte Est puis Ouest en septembre 1997, l’Episode 7 de The West Wing, la série Undateable … mais jamais aucun tournage pendant 12h. Durée qui n’est pas indispensable à suivre de bout en bout d’après les créateurs. Les téléspectateurs pourront picorer, revenir sur l’Ile, tel un coup d’oeil dans une tv-réalité horrifique !

Creator and executive producers Dennis Kelly and Felix Barrett, director of ’Summer’ Marc Munden and actors Jude Law and Katherine Waterson come together for a Q&A to discuss their new show The Third Day – A Sky original drama following three separate but interconnected stories: ‘Summer’, ‘Autumn’ and ‘Winter’.

A propos du projet #TheThirdDay par Punchdrunk (UK) : http://www.punchdrunk.com/project/the-third-day/

Prévoyez votre mariage sur une Ile enchanteresse dit la pub ! :
https://www.oseaisland.co.uk/

A voir :
Samedi 3 octobre 2020, pendant 12h sur @SkyArts (UK)
et en-ligne sur le Facebook @SkyTV ici : https://www.facebook.com/SkyTV

EN QUETE DE DAU : Staline / Seine

L’un des visuels officiels de DAU version parisienne.

En fondant le Musée du Fake à TianduCheng (la Cité dans le Ciel en chinois) nous ne nous doutions pas que nous allions croiser un jour le chemin d’une autre Cité dans les nuages : oui, dans DAU, était prévue la construction de décors de rues de Moscou grandeurs réelles en haut de toits ukrainiens ! Au-delà d’un simple décor de ciné, telle Tativille pour Playtime, ou Les Amants du Pont-Neuf, DAU est un projet protéiforme hallucinant dont le centre névralgique fut « un Institut de recherche secret » ouvert de 2009 à 2011.

D. A. U., trois lettres et de multiples mystères. 3 lettres ensorcelantes qui ont et vont continuer de modifier la vie de celles et ceux qui les croisent. DAU débarque à Paris pour sa première mondiale le 24 janvier prochain. L’expérience continue. Oserez-vous en faire partie ?

Premier indice : une bande-hallucinante dévoilant quelques images que la presse internationale résume souvent en « Le Truman Show stalinien », « Le Good Bye Stalin », ou le « Apocalypse Dau » !

Bande-annonce de DAU Paris (https://youtu.be/F55kuVwVHkU)

ATTENTION : On vous interdit aussi votre téléphone portable, mais il ne s’agit pas de théâtre immersif comme au Secret, mais d’une « zone d’expérimentation et d’exploration », accessible uniquement avec visa de 6h, 24h, ou illimité.Nous vous proposons ensemble de partir en quête de DAU. Vous pouvez toujours choisir de ne pas poursuivre : les conditions générales ne sont pas du tout rassurantes :

“Certains Participants sont susceptibles d’être particulièrement bouleversés par certains éléments de l’événement DAU. (…) Vous participez donc à un événement DAU en sachant pertinemment que certains contenus peuvent être offensants ou dérangeants, et que l’Organisateur d’événements n’est pas responsable du traumatisme émotionnel que vous pourriez subir. »

DAU.com – Terms & conditions

“Les Participants doivent avoir conscience que leur expérience peut les exposer à des scènes choquantes, notamment des contenus extrêmement violents, à caractère sexuel ou dérangeants. Pendant leur visite, les Participants seront invités à prendre part à des expériences non conventionnelles qu’ils pourront refuser à tout moment. Nous demandons donc aux Demandeurs de Visa de tenir compte de ces informations avant de participer à un quelconque événement DAU.”

“Une fois à l’intérieur, vous serez équipé d’un Dispositif DAU. Ce smartphone sera votre guide personnel dans les espaces et vous indiquera les règles internes à respecter. Si vous enfreignez ces règles, DAU se réserve le droit d’annuler votre visa et de vous reconduire à la sortie.”

Dau.com – Service visas.

“Pendant l’événement DAU, nous filmerons et enregistrerons les Participants pour capter leur expérience. Phenomen UK Ltd sera le propriétaire et dépositaire de ces films et enregistrements (les média)et pourra les utiliser pour tout matériel promotionnel. Phenomen UK Ltd conserve le droit d’utiliser ces média pendant toute la durée du projet DAU, qui pourra se poursuivre pendant 5 ans après la fin de l’événement DAU Paris, et avoir lieu dans toute l’Union Européenne et dans d’autres pays du monde entier. En acceptant les présentes conditions générales, vous donnez votre autorisation pour être filmé et enregistré.”

DAU.com – Terms & conditions

A suivre sur ce blog… : en quête de #DAU.

DAU Paris : 24.01.2019 – 17.02.2019

Au Théâtre du Châtelet, Théâtre de la Ville et au Centre Pompidou.

LE SECRET, fermeture du 1er écrin du théâtre immersif à Paris.

Le Secret, dont nous vous avions signalé l’existence sur nos réseaux sociaux (Fb, Tw) ferme définitivement ses portes après six mois d’existence, et sera remplacé par un hôtel de luxe 🙁

Article à lire en écoutant cette bande originale !

Le Secret, expériences immersives.

Nos fidèles lecteurs et les amateurs d’expériences immersives le savent, la ville phare en ce domaine est Londres. (Cf. notre enquête sur place en août 2015 qui reste d’actualité d’après plusieurs professionnels du secteur).

La ville lumière (Paris), elle, se met petit à petit au théâtre immersif avec des pièces/expériences remarquées (Smoke Rings, d12ouze, Mutations,… ) ou des « activations » pour des marques (certaines agences sont spécialisées dans ce type de dispositifs : Agence WATO, Big Drama,…). L’attente pour de nouvelles expériences étant tellement grande (cf. succès des escapes games), le public prêt, les billetteries complètes (97% chaque soir pour Helsingør *source : Théâtral Magazine), nous nous demandions pourquoi si peu de propositions grand public en France ? L’une des raisons est le manque de lieux pour ce type de spectacles qui demandent des centaines à milliers de m2.

Le Secret

Un lieu unique, éphémère, quasi-utopique

Léonard Matton, metteur en scène et co-fondateur de A2R compagnie – Antre de Rêves initiateur du Secret explique qu’il a mis environ 3 ans pour trouver un espace suffisamment grand pour accueillir en toute sécurité son public. Seules des institutions ou des promoteurs immobiliers disposant de terrains et lieux atypiques peuvent faire exister ces « utopies ».

Le Secret a ouvert le 29 juin 2018 au 18, rue Larrey au coeur du Ve arrondissement parisien et ferme fin décembre. Ce lieu hors du commun, une ancienne manufacture de sirops puis de canalisations de 1200 m2 fut dédié aux expériences immersives et présenté par ses créateurs comme un « lieu de vie où le spectateur est placé au plus proche des personnages ».

Vue depuis la rue Larrey / Etat existant (DTACC)

Helsingør et autres expériences immersives

Helsingør - Château d’Hamlet

Autour d’un spectacle phare, Helsingør – Château d’Hamlet mis en scène par Léonard Matton (Helsingør, traduction danoise de Elseneur, la ville où a lieu le drame shakespearien) le Secret proposait d’autres expériences immersives de plusieurs compagnies : Sans but, J’appelle mes frères, Labyrinthe (mentalisme), Le Bordel de la Poésie, Curiosity leads to trouble, d12ouze, Canto Transsibérien, Les soeurs papilles ainsi que des stages de théâtre avec Simon Hanukai et Sébastien Bonnabel, des master classes, des rencontres, des cours de yoga et même un marché de Noël !

Stanislas Roquette incarne Hamlet dans Helsingør. © Mélanie Dorey — Le Secret

Présentation officielle de la pièce principale :

« Helsingør – château d’Hamlet est une adaptation en théâtre immersif de la pièce de Shakespeare. Pour comprendre le principe du théâtre immersif, il faut imaginer un espace de jeu où le « hors-scène » n’existe pas. Le public peut aller où il le désire. Il est libre d’évoluer au cœur de l’action – et d’y perdre ses repères. Ici, les parcours se déploient en temps réel dans un espace à six dimensions : une salle du trône, trois chambres, une chapelle, et un parc. Les intrigues se jouent en simultané et s’entrecroisent dans une narration en arborescence. Ainsi, cette pièce grandiose se révèle une expérience insolite de la folie et de la peur, aux multiples points de vue, qui entraîne chaque spectateur dans une tragédie esthétique et métaphysique. »

Gael Giraudeau, game designer et acteur présente la pièce Helsingør -avec en fond la musique d’ambiance-.
La Règle du jeu du Secret.

Une presse dithyrambique

« Le théâtre immersif fait enfin irruption dans nos tristes vies »

Les 5 pièces

« Formidable expérience où peu à peu, nous gagne la sensation concrète et très jubilatoire d’être partie prenante de l’histoire », (on repart) « avec le sentiment, délicieux, d’avoir vécu un moment rare parce que dérobé au réel. » et dans un autre post « On entre de plain-pied dans la pièce de Shakespeare, avec la sensation physique, concrète, charnelle, de faire partie de l’action. C’est terriblement vivant et enthousiasmant. Et à voir la jeunesse du public, on se dit que l’avenir du théâtre passera par l’immersion. » s’enthousiasme Télérama; « une expérience envoûtante » décrit Le Parisien; les blogs de théâtre sont aussi très positifs (Theatre-Immersif.com,4e mur,Fille de Paname … ) Seule i/O Gazette critique sec, en comparant l’expérience à l’étalon-or du moment, les productions anglaises de Punchdrunk, mais salue la démarche. Théâtral Magazine propose un dossier spécial théâtre immersif (version papier) et est aussi tombé sous le charme : « En France, le théâtre immersif en est à ses balbutiements mais les quelques propositions actuellement à l’affiche sont toutes assez exceptionnelles ».

Visiblement de nombreux journalistes ou spectateurs n’ont pu percevoir tous les secrets cachés dans le décor. Le Bureau parisien du Musée du Fake y est allé 3 fois, et n’a pas pu percer tous les mystères, ni être choisi pour incarner un rôle de figurant (1 spectateur par séance). Par contre au fil des mois nous avons pu apprécier une plus grande fluidité dans la narration qui permettait d’apprécier l’intégralité du spectacle sans sentir de manque de vue d’ensemble.

Immersive Creation Challenge Paris

Le week-end du 24/25 nov. 2018 une quarantaine d’artistes d’Europe et Etats-Unis, acteurs, scénographes, producteurs, ont montés en moins de 24h quatre mini expériences de théâtre immersif sur la thématique des Contes de Grimm. 50 places seulement (à 10€) pour spectateurs qui prenaient le risque de découvrir de nouvelles adaptations très libres des Contes montées à grande vitesse. Une réussite partagée dans les décors du Secret produite par Epic Immersive (USA), Madame Lupin, et le Secret.

http://www.epicimmersive.com/parischallenge

© Israel Solórzano – Immersive Creation Challenge Paris 2018
© Israel Solórzano – Immersive Creation Challenge Paris 2018
© Israel Solórzano – Immersive Creation Challenge Paris 2018
© Israel Solórzano – Immersive Creation Challenge Paris 2018

Un secret à partager !

Plus de 10000 spectateurs ont pu découvrir le Château. Nous gardons notre carte de membre précieusement jusqu’à l’ouverture du nouvel écrin du Secret ! La compagnie du Théâtre du Soleil a ouvert la voie en squattant une ancienne cartoucherie dans les années 70 à vous d’inventer la suite !

Archi-faux / Archi-vrai : un documentaire et un film VR sur la duplitecture !

Archi-faux – Vraies Villes et Faux Monuments

(The Real Thing – Real Life in Fake Cities)

Un documentaire de Benoit Felici.

Archi-Faux« Soixante Tours Eiffel, une douzaine de pyramides de Gizeh, trente tours de Pise, plus de quatre-vingt copies de la Maison Blanche… Les répliques de monuments se multiplient dans le monde entier. Entre investissements lucratifs, contrefaçons architecturales et lieux de tourisme modernes, ces copies sont des « miroirs » dans lesquels se reflète une certaine image de notre monde.
Ces lieux ont-ils quelque chose en commun ? En quoi sont-ils différents des répliques que nous avons pu connaître par le passé ? Sont-ils plus que de simples copies ?
De l’Europe à Dubaï, en passant par la Côte d’Ivoire et la Chine, ce documentaire décrypte les raisons politiques, culturelles et économiques qui motivent ces répliques architecturales. Architectes, sociologues et même habitants de ces lieux mettront en lumière les aspirations liées à ces constructions et à leurs valeurs symboliques. Un voyage dans une copie de notre monde. »

Un superbe film de Benoit Felici avec idée géniale, une bande son composée entre autre d’un pastiche-hommage, La Vie en rose version indienne ! A découvrir ici : https://www.arte.tv/sites/webproductions/archifaux-archivrai/

Archi-vrai (The Real Thing VR)
Un film de Benoit Felici, Mathias Chelebourg

« Ce documentaire en réalité virtuelle explore trois « simulacres urbains » situés dans la périphérie de Shanghaï, inspirés par Paris, Venise et Londres. Leurs habitants nous font découvrir des quartiers à la fois factices et vivants, familiers et trompeurs.
Cette promenade architecturale est aussi une expérience sensorielle. Pour saisir l’essence de ces lieux, et surmonter le trouble qu’ils inspirent, il faudra déceler le vrai dans le faux, et le faux dans le vrai… »

Page dédiée : https://www.arte.tv/sites/webproductions/archifaux-archivrai/

Dossier de presse en cliquant ici.

Critique sur Film-Documentaire.fr

Top 10 Fake 2017 du Musée du Fake !

En 2017 @tonyschwartz (rédacteur honteux du livre The Art of the Deal de Donald Trump) regrettait sa création du concept « d’exagération honnête » ! Trop tard. Les Fake news ont envahis les internets. D’où le lancement de notre mot d’ordre 2018 #SauvonsLeVraiFake.

Le Fake au bon sens du terme, celui que nous défendons au quotidien en le présentant au Musée dans nos galeries permanentes et nos expositions temporaires : le bon canular, le film à miroirs, le théâtre immersif…

Dans un contexte exceptionnel de « guerre de propagande » entre émetteurs de « #fakenews » et « post-vérités » versus vérificateurs notre équipe a tout de même pu sélectionner 10 « Fake » marquants :

TOP EDUCATION 2017 : L’école par jeux de rôles (Danemark).

Au Danemark, à l’école Osterskov Efterskole on développe des compétences cognitives telles que la collaboration et la communication à travers des jeux de rôle : le futur de l’éducation ?

TOP PARC D’ATTRACTION IMMERSIF 2017 : Pandora (Etats-Unis).

L’ogre Disney a inauguré en mai 2017 Pandora-The World of Avatar, 4,9 hectares dédiés à l’univers du film Avatar, au sein du parc Disney’s Animal Kingdom, Floride. $500 millions pour recréer entre autres la flore de Pandora répondant aux interactions tactiles des visiteurs. Bientôt un autre monde dans le réel : StarWars.

TOP LIVRE 2017 : Le Livre des non-livres (France).

Nous avons eu la chance de pouvoir interview Kliment Nemet, auteur du livre le plus Fake et pas WTF de l’année !

TOP EMISSION TV 2017 : Game of Clones (Royaume-Uni).

Un format pour la chaîne britannique E4 où les candidats dessinent leur idéal féminin ou masculin et l’équipe casting cherche 8 candidat.e.s pile poil identique à la demande ! Sélection artificielle, eugénisme, on est proche de Gattaca !

TOP LARP (JEU GRANDEUR NATURE) 2017 : La Witcher School (Pologne).

Il existe une école de sorceleurs en Pologne ! Interview exclusive d’une ancienne élève sur notre blog.

TOP SPORT FAKE 2017 : le Hobby Horsing (Finlande).

Le hobby horsing est « une nouvelle subculture qui passionne les préadolescentes scandinaves et consiste à faire du saut d’obstacles à califourchon sur un cheval bâton ! » Vidéo ici.

TOP CANULAR 2017 : toute l’oeuvre d’Oobah Butler (agitateur anglais).

Oobah Butler, lutin farceur et journaliste pour Vice UK a inventé un faux restaurant devenu le n.1 en 6 mois sur TripAdvisor Londres, et s’est fait passé pour le créateur d’une marque de jeans qui n’existe pas à la dernière FashionWeekParis. Avant il avait trollé des cercles comme un concours d’inventeurs. On attend son prochain canular !

TOP INNOVATION MUSEE 2017 : New Dimensions in Testimony (Etats-Unis).

À New York, Le Museum of Jewish Heritage de New York permet de discuter virtuellement avec des survivants de la Shoah. Plus de détails ici.

TOP EXPO 2017 : Carte Blanche à Tino Sehgal (France).

La carte blanche offerte à  Tino Sehgal au Palais de Tokyo était LA performance de l’année dans un musée. Aucune affiche, aucun ticket, aucun catalogue, photographies interdites : ne reste que des souvenirs des échanges humains comme Oeuvre.

TOP PIRE CANULAR 2017 : Administration de Taihang (Chine).

 

L’Administration de Taihang où se situe une passerelle en verre dans les monts Taihang (Hebei) à 1180 mètres d’altitude voulait juste promouvoir cette nouvelle « attraction ». Mais le retour de bâton de cette (a priori) vidéo-pub montrant un guide qui s’engage et croit que la passerelle se fissure sous son poids n’a pas été appréciée par les internautes effrayés. Excuses (acceptées ?) sur Weibo, LE réseau social chinois.

A bientôt en 2018 !

Nous sommes très heureux de la fréquentation 2017 du Musée, et de nos audiences sur le net où la consécration est arrivée : @louvrepourtous nous suit désormais 🙂

Très belle année 2018 à vous et à très bientôt sur ce blog, notre FB et Twitter.

CINEMA « La Rage du Démon » : un documenteur de Fabien Delage

La Rage du Démon

La sortie d’un documenteur en salles de cinéma est encore un événement trop rare (hors festivals Documenteur ou On Vous Ment !), saluons donc la sortie du film La Rage du Démon de Fabien Delage ce mercredi en France après plusieurs sélections dans de grands festivals.

« Janvier 2012. Un collectionneur organise au Musée Grévin la projection privée d’un film muet que l’on pensait disparu. Le visionnage tourne au cauchemar : vers la fin de la séance, les spectateurs devenus enragés sèment le chaos dans la salle. Les médias relayent peu l’affaire. Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, ce n’est pas la première fois que ce film provoque ce genre d’incident inquiétant, disparaissant systématiquement après avoir été projeté. L’enquête nous emmène sur les traces d’une oeuvre réalisée en 1897, un film rare, fascinant et dangereux : La Rage du Démon, hâtivement attribué au cinéaste Georges Méliès. Découvrez toute la vérité sur le film qui fait trembler le monde du cinéma depuis plus d’un siècle. »

Fabien Delage le réalisateur (par ailleurs photographe et journaliste) a déjà réalisé une série documenteur : Dead Crossroads, saison 1 & 2 sur des maisons hantées, dont le slogan est « Voir c’est croire. » !

En savoir plus :

laragedudemon.com / facebook.com/laragedudemon / hippocampe-productions.com

EXCLUSIF / Interview de Kliment Nemet pour « Le Livre Des Non-Livres »

Le Livre Des Non-Livres

5 QUESTIONS A… Kliment Nemet

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Le Livre des Non-Livres aux Editions LeS dOiGtS bLeUs (2016) nous avons pu envoyer cinq questions à Kliment Nemet, auteur. Cet entretien à longue distance est historique quand on connaît sa vie de baroudeur.

« Né il y a une trentaine d’années quelque part entre l’enfer et Long Island, Kliment Nemet trotte le globe a la poursuite de belles images, de bons jeux de mots et du bonheur. Après plusieurs années passées dans le milieu de l’édition, il a écrit ce livre des non-livres regroupant des couvertures et critiques de livres qui existent presque. Toute ressemblance avec des ouvrages existants est regrettable mais probable. »

1) « Né quelque part entre l’enfer et Long Island », « Vu dans une maison de thé russe à Coney Island »… êtes-vous un globe-trotter new-yorkais ?

C’est marrant que tu m’poses cette question. Au départ j’étais juste un paumé qui avait pris le large. Petit à petit, j’me suis tassé, décanté, accepté. J’suis devenu un new-yorkais en vadrouille. Un gentleman-voyageur. Un trotteur de globe. C’est moins extraordinaire mais c’est plus agréable. J’aime bien quand mon yin me frotte le yang. Ralex dit que j’me suis embourgeoisé, ça fait mal de l’accepter mais c’est peut-être ça. Maintenant j’utilise le même sachet de thé une seule fois, je m’autorise à regarder toutes les pages des magazines, même les plus chères, je discute sans compter les heures, je dis que j’viens de New York alors que j’y suis arrivé à l’âge de deux ans. Bref oui, ça y est, maintenant je suis un globe-trotter new-yorkais.

SolitudesFriscology

2) On vous connaissait pour vos albums photographiques (Solitudes et Friscology), vous nous offrez pour Noël 2016 ce Livre des non-livres, comment peut-on encore vous croire ?

Je ne sais pas. Je ne me crois pas souvent moi non plus. Tu sais je suis né à Long Island, c’est-à-dire au beau milieu d’un mensonge, donc comment pourrais-je transpirer la vérité ? Long Island n’est pas une île, c’est juste un nom, il est grand temps que les gens le sachent. C’est comme si je m’appelais Georges le sadique et que je n’étais même pas cruel. Tu me demandes comment on peut encore me croire, moi j’aimerais savoir pourquoi on a tant besoin de croire. L’autre type disait « je pense, donc je suis », moi j’ai envie de dire « j’me fous que tu suives, par contre dis-moi à quoi tu penses baby, ça ça m’intéresse! ».

3) Ecrire un « Livre des non-livres » pour un personnage de fiction c’est le comble ?

Non, le comble c’est d’être un crayon à papier et d’avoir mauvaise mine. Je suis plutôt content d’avoir écrit ce livre. Ca m’a permis de rencontrer des gens choubidou comme toi. Tu fais quoi après l’interview ?

Extrait du « Le livre des non-livres » pp 14-15.

4) « Ce millimètre entre la réalité et la fiction, il faut tout faire pour le cultiver, l’étirer, l’agrandir » c’est exactement l’ambition du Musée du Fake ! Vous venez quand à Tianducheng ?

J’ai pris rendez-vous pour mercredi en huit. J’espère qu’ils aiment les sablés parce que j’en ai acheté une grande boîte. Je trouve cette ville magnifique, sur le papier en tout cas. Je me demande s’il s’agit juste d’un nuage dans un pantalon, ou si derrière les façades il y a des murs, des portes, des secrets. Je me demande si cette ville a des tatouages, des cicatrices. Je me demande à quoi elle pense le soir.

5) Votre motto est « It doesn’t matter much what you look at but when you look what you see ». On a affiché cette phrase à la cantine des employés du Musée du Fake tous ne comprennent pas ! Vous nous expliquez ?

Ce qui compte ce n’est pas ce qu’on regarde mais comment on le regarde. Si tu regardes la lune avec tristesse, tu verras une lune triste, si tu la regardes avec joie, tu la verras joyeuse. Il y a tellement de gens qui se demandent ce qu’il faut faire, ce qu’il faut être, alors que la vraie question est comment. Je ne suis peut-être qu’un personnage de fiction, mais j’ai fait frissonner plus d’un cantinier dans ma jeunesse et là aussi, tout était dans le comment.

Le livre sur le site de l’éditeur.
Ses précédents livres de photographies : Solitudes et Friscology.
Kliment around the world, le carnet blog de l’auteur, traduit par Ulrika Spiess.

EXCLUSIF / L’Arroseur arrosé : la vidéo arnaque de SyFy !

La chaîne de télévision SyFy France lance une nouvelle série The Magicians sur une bande d’amis qui suivent des études à « Brakebills, une école secrète qui forme les futurs magiciens« .

The Magicians SyFy

Pour promouvoir ce nouveau programme, SyFy France et son agence de publicité BETC ont produit une vidéo intitulée « Une bonne leçon aux arnaqueurs de rue à Paris – The Magicians sur Syfy ». Par arnaqueurs il faut comprendre les pros du bonneteau, jeu de pari truqué (recherche d’une petite boule sous trois gobelets). Pratique illégale en France, existante depuis au moins le XVe siècle comme en témoigne ce tableau de Jérôme Bosch (repérez les complices) :

L'Escamoteur, de Jérôme Bosch
L’Escamoteur, de Jérôme Bosch

Revenons à la vidéo que vous pouvez voir ci-dessous :

Le descriptif en est :

« Qui n’a jamais voulu donner une bonne leçon aux arnaqueurs de rue? Syfy l’a fait pour vous. Il était temps que ces pseudos magiciens soient menés à la baguette par une vraie magicienne. En caméra embarquée, Syfy est allée piéger ces escrocs. »

Cette vidéo n’est pas la bande-annonce de la série qu’elle promeut ce qui semble être déjà difficile à suivre pour de nombreux internautes, et c’est surtout un beau Fake :

– découpage de l’action laissant supposer plusieurs prises (panneaux de verres qui apparaissent d’un coup à 1:24),

– erreur sur le floutage du complice à la chemise à fleur : il apparaît face visible (0:05 & 0:50), puis flouté (0:08)… idem pour la femme à la queue de cheval (floutée à 0:59 ou pas 1:23) …

– aucune image de l’arrivée de la « police » qui aurait pu être floutée comme le reste… En arrêt sur image on s’aperçoit qu’il s’agit de 2 policiers à vélo filmés de dos visiblement sans aucun rapport avec l’action (1:32) …

– (SPOILER) clin d’oeil au film Insaisissables 2.

Surtout une annonce de figuration payante pour le tournage est toujours en-ligne !!! On peut y lire : « Nous allons mettre en scène des jeux de rues (jeux de magie avec un magicien et ses hommes de mains)Nous recherchons des figurants de tout âge et de toute origine qui auront un rôle de spectateur, qui viendront observer les tours réalisés et y participeront« . CQFD.

Merci à la magicienne, « Caroline » d’après un commentaire d’un internaute, de nous contacter pour confirmer cela.

Annonce de casting
Annonce de casting toujours en ligne le 30/09/2016.

Etrangement tous les sites qui évoquent cette vidéo (dont un journaliste people) reprennent visiblement le même communiqué sans remettre en cause le principe de mise en scène. Surtout ce communiqué (de presse ?) est mal rédigé :

Sur « transhumaniste.fr »  on lit « La chaîne précise qu’aucune post-production n’a été utilisée pour déstabiliser l’escroc, qui s’est rapidement retrouvé impuissant et pris à son propre jeu face aux pouvoirs surnaturels de la magicienne. »

La post-production étant le travail de montage, d’étalonnage (colorimétrie) et d’ajouts d’effets spéciaux après un tournage, cela n’a aucun rapport pour « déstabiliser un escroc » en direct. Comment l’une des plus grandes agences de pub françaises a pu laisser passer cette erreur ?

Bientôt 600000 vues en une semaine sur YouTube c’est bien, pas de pubs dessus -pour plus de crédibilité ?- c’est rare. Mais peut-être à prévoir un effet boomerang ? La Magie n’est plus un jeu.

—-

03/10/2016: On nous signale que 50 euros en temps de crise est « aussi un montant étrange pour une arnaque de ce type« . Un ami d’une victime nous confirme ce montant réclamé par les vrais arnaqueurs de rue.

1er Festival de documenteurs « On Vous Ment! » : les vidéos

Du 27 au 29 mai 2016 avait lieu à Lyon le 1er festival de documenteurs en France :

« On Vous Ment ! »

Afin d’en garder une trace nous vous proposons de regarder ces quelques vidéos :

Le Trailer

Un appel à crowdfunding réel sous forme d’une vidéo rendant hommage au air-tuning :

La bande-annonce :

Nous on aime bien la musique et vous ?

La soirée d’ouverture :

3 membres du Jury :

Elina Löwensohn : L’interview la plus poétique du monde

François Rollin : L’interview la plus constructive du monde

Tómas Lemarquis : L’interview la plus magnétique du monde

Table Ronde – Festival On Vous Ment 2016

Table ronde où Jean Teddy Filippe (Les documents interdits), Gérard Soeteman (Scénariste de Paul Verhoeven – La chair et le sang, Black Book…), SCRIBE (Scénariste – The Smell of us) et Nicolas & Bruno (Réalisateurs – Message à caractère informatif, La personne aux deux personnes…) échangent autour de l’intérêt et de l’existence des Documenteurs (Faux documentaires).

Et pour finir, la Soirée de clôture  où notre pétillante Directrice de la Communication et du Mécénat, Gribontine Gronjeon trouva un prince charmant, mais cela est une autre histoire :

Suivez l’actualité du festival sur le site officiel, le compte FB et @OnVousMentFest