INTERVIEW : René, le Lapin Blanc de PARADIGM Films : Design Fiction et Escape Game Maison !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

PARADIGM Films produit entre autres des clips, tel le très réussi What I Want de René & Félix Métayer :

René.

PARADIGM Films, dans le radar du Bureau parisien du Musée du Fake car une des rares sociétés spécialisées dans le Design Fiction , lance Escape Maison, le « 1er escape game à domicile, écoresponsable, durable et artisanal » ! Il était temps de rencontrer René, le Lapin Blanc pas loin de son terrier dans l’Est parisien.

Nous connaissions les Escapes Games physiques, les jeux de rôle en-ligne, mais pas l’Escape Game à domicile, pouvez-vous nous en expliquer les grandes lignes ?

Le concept de l’escape game à domicile (ou escape box) est simple : recréer une partie d’escape game entre amis dans son salon. Il existe une pléthore de variantes pour pousser plus ou moins le niveau d’immersion des joueurs. Idéal pour s’évader pendant le confinement par exemple ! 
Malheureusement, après avoir testé plusieurs formules différentes, j’ai regretté l’absence de conscience environnementale dans le mode de production ou distribution, d’autant plus qu’il s’agit de jeux à usage unique… Les accessoires sont souvent limités : de simples cartes, ou objets de qualité relative qui sont fabriqués de manière industrielle en Chine ou en Pologne. De plus, l’atmosphère musicale, sonore et lumineuse est souvent bâclée alors qu’elle revêt un caractère important du fait de l’immersion des joueurs. L’idée de repenser ce modèle économique non durable s’est alors mise à germer dans mon esprit.

Alice est un symbole dans les univers de créations interactives et de game design. En écriture créative transmedia on évoque souvent le « rabbit hole » : un lecteur ou spectateur change la narration en choisissant une galerie plutôt qu’une autre. Est-ce pour cela que vous avez choisi le monde d’Alice ?

En tant que retardataire chronique, je me suis toujours identifié au Lapin Blanc qui court après le temps. Blague à part, et malgré toute la force symbolique dont l’œuvre de Lewis Carroll Alice au pays des merveilles est empreinte, mon choix d’exploiter cet univers fantastique pour mon premier scénario d’Escape Maison n’est qu’une succession de coïncidences ! Lorsque j’ai eu l’idée de concevoir un escape game à domicile artisanal pour amuser mes amis il y a presque deux ans, j’étais plongé dans la version bilingue du livre pour ma culture personnelle (j’étais d’ailleurs plus focalisé sur la partie française tant la version originale et son anglais ancien est difficile à déchiffrer…). C’est alors que la vision d’une boîte de jeu aux multiples mécanismes et salles miniatures afin d’illustrer les méandres du Pays des Merveilles m’est venue. Découvrant également de nombreux détails méconnus de l’histoire dans le livre, je me suis attaché à respecter au plus près l’œuvre d’origine. Le fil rouge de mon jeu est d’ailleurs de retrouver des pages perdues du livre qui servent de support aux différentes énigmes à résoudre.

Racontez-nous en quoi votre version d’Alice est écoresponsable ?

Mon travail d’adaptation d’Alice au pays des Merveilles en jeu Escape Maison a été guidé par l’envie de questionner nos pratiques de consommation ludiques et d’améliorer le niveau d’immersion des joueurs dans ce système d’escape box.
Partant du principe que la vente d’un jeu à usage unique était contraire à toute logique écoresponsable, je me suis orienté vers un système basé sur de la location. Ce choix me permet de privilégier la qualité à la quantité, favorisant ainsi la production artisanale et la recherche d’objets véritables.
Afin de renforcer l’immersion des joueurs par l’authenticité des accessoires, j’ai privilégié le marché de la seconde main. Ainsi, ai-je donné une seconde vie à des objets qui ont du vécu et de la “gueule”. Même la mallette de transport provient de la récup’ !
La boîte en bois Le Terrier est conçue par un artisan français, Teddy Mathieu, qui possède son atelier dans un petit village de la Loire.  N’étant pas dans une logique de production industrielle, nous avons pu privilégier des matériaux nobles (bois, métal, liège).
Globalement le circuit court a également été favorisé, tant au niveau de la recherche des accessoires qui composent les mallettes de jeu qu’au niveau du périmètre restreint de la livraison à domicile assuré par un réseau de distribution de proximité grandissant de responsables Escape Maison.
Et en bonus, je me suis engagé à planter un arbre par partie jouée auprès de l’ONG Planète Urgence. Je n’ai pas encore fait de bilan carbone précis du projet mais je m’y mettrais certainement bientôt !

Vous êtes aussi réalisateur de design fiction. Au Musée du Fake nous dansons toujours sur la ligne de crête entre fiction et réalité donc votre métier nous fascine. Etes-vous aussi militant que les Yes Men qui eux aussi éditent de faux journaux, faux sites, fausses interventions en conférences ou en facs… ?

Je commencerais par distinguer mon travail d’auteur / réalisateur de Design fiction qui reste un travail de commande pour des organismes publics ou des entreprises du secteur privé, de mon militantisme personnel à travers mes œuvres de fiction autoproduites.

Pour rebondir sur l’aspect interactif des Yes Men que vous mentionnez, j’ai réalisé un film de Design fiction il y a 2 ans en partenariat avec le collectif Making Tomorrow et le groupe Onepoint x Weave qui a été projeté lors du salon DeepTech “Hello Tomorrow” devant un public non averti (et crédule).

L’idée était de créer de toute pièce une fausse start-up qui utiliserait une vraie découverte scientifique, celle de la visualisation des particules fines dans les cellules pulmonaires, pour en faire un objet de haute technologie. Cet outil qui devait initialement permettre de prouver le lien de causalité de la pollution de l’air sur la santé publique afin de mieux défendre les citoyens face aux gros industriels pollueurs, a finalement été exploité comme outil business auprès des banques, des assurances et même des applis de rencontre …

Ce genre d’expérience collective nous rappelle qu’il est toujours bon de rechercher l’origine d’une information, et, idéalement, d’en croiser les sources. Difficile à une époque où nous sommes submergés par la quantité d’informations qui nous parviennent quotidiennement, sans compter l’usage grandissant du deepfake dans les années à venir…

Outil de réflexion à l’innovation, le Design fiction met en exergue certains aspects précis de ces visions anticipatoires aux relents dystopiques façon Black Mirror. Il questionne la morale derrière une pratique nouvelle ou une technologie émergente, et se pose comme garde-fou des dérives de notre société en constante mutation.

René

D’un point de vue plus personnel, je suis actuellement en développement d’une série thriller Dictature Verte qui plonge le spectateur dans une société française de 2030 qui aurait pris un virage environnemental fort. Pour construire cet univers – de l’ordre du fantasme aujourd’hui – je me base sur les travaux du think tank The Shift Project dirigé par Jean-Marc Jancovici. Leurs travaux exposent des solutions systémiques pour faciliter la transition environnementale en prenant la décarbonation de notre économie et l’emploi comme clés de voûte. L’objectif de Dictature Verte est de vulgariser ces rapports indigestes pour le commun des mortels (et moi le premier), en leur donnant corps, mais aussi de créer une vision enthousiasmante d’un futur proche, proposition qui semble de plus en plus rare dans le paysage audiovisuel d’aujourd’hui.

A l’instar de la Convention Citoyenne pour le Climat – qui restera, je le crains, un écran de fumée médiatique et politique – The Shift Project, et in fine la série, amène des nouvelles idées et mesures concrètes, réalistes, sur la table. Car le manque d’informations sur ces sujets pourtant essentiels, génère un immobilisme généralisé, une peur du lendemain qui n’est bénéfique pour personne, à l’exception des court-termistes adeptes du “business as usual”.

Qui est René ?

René, c’est un pseudonyme de création qui permet de mettre plus facilement de côté son égo avant de se lancer dans l’écriture d’un scénario ou la création d’un projet. René cache peut-être plusieurs identités d’ailleurs… Fake news ? Intox ? Deepfake ? Pilule rouge ? Bleue ? Mais que savez-vous vraiment de la réalité ? Vous devriez suivre le lapin blanc dans le Pays des Merveilles, ça vous remettra les idées en place.
Merci à vous et bonne continuation !

LIENS
Achetez votre partie en soutenant le projet : kisskissbankbank.com/fr/projects/escapemaison
FB : facebook.com/escapemaison.rene
Insta : https://www.instagram.com/escapemaison/
Terrier : https://www.escapemaison.com/
Maison d’Alice : https://www.paradigm-films.com/

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.