La mémoire peut construire de faux souvenirs !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Elizabeth Loftus, professeur de psychologie californienne, étudie la mémoire, et plus précisément la construction de « faux souvenirs ».

La police qui enquête sur un crime demande aux victimes de reconnaître le présumé coupable parmi un choix de profils. Selon Elizabeth Loftus, aux Etats-Unis, sur 300 innocents enfermés durant des années en prison les 3/4 le sont à cause des « faux souvenirs » de témoins oculaires.

Dans le cadre de son travail expérimental, des « témoins » de simulations d’accidents inventaient des détails qui n’existaient pas uniquement à cause des mots utilisés dans les questions. Le témoignage est donc malléable, surtout quand il est soumis à une pression stressante.

Des militaires, qui furent interrogés de manière très brutale lors d’un exercice, ne reconnaissaient pas leur interrogateur. Ils pensaient même que c’était quelqu’un ne lui ressemblant pas du tout physiquement.

Elizabeth Loftus s’est interrogé sur les déviances de certaines séances de psychothérapie (hypnose, mauvaises interprétations de rêves…). Pour ses recherches elle a implanté de faux souvenirs de traumatismes de l’enfance sur des sujets adultes, et s’est interrogé sur le droit de corriger de mauvaises habitudes alimentaires grâce à cette technique. Ce qui lui a valu de très nombreuses critiques.

« La mémoire, comme la liberté, est chose fragile ».

http://www.ted.com/talks/elizabeth_loftus_the_fiction_of_memory
http://en.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Loftus

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

« Real » & « Her » : deux films d’amour connectés !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Real

Real, (Riaru: Kanzen naru kubinagaryû no hi)
film de Kiyoshi Kurosawa (2013).
Avec Takeru Sato, Haruka Ayase

Atsumi, talentueuse dessinatrice de mangas, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Son petit-ami Koichi ne comprend pas cet acte insensé, d’autant qu’ils s’aimaient passionnément. Afin de la ramener dans le réel, il rejoint un programme novateur permettant de pénétrer dans l’inconscient de sa compagne. Mais le système l’envoie-t-il vraiment là où il croit ?

***

Her

Her
film de Spike Jonze (2013).
Avec Joaquin Phoenix, Amy Adams, Scarlett Johansson

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de « Samantha », une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La Carte du Fake

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La Frontière invisibl
La Frontière invisible, BD de François Schuiten & Benoît Peeters.

Le Musée du Fake présente La Carte du Fake.

Sous l’impulsion d’Ortelius Mercator, Directeur du Département Cartographie du Musée du Fake notre Musée innove dans la représentation de la géographie des faux.

Vous trouverez sur cette carte trois catégories (« calques ») :

– « Parcs d’attractions » :

Ce calque liste de nombreux endroits -ouverts ou fermés- où l’imagination d’ingénieurs et de créatifs à fait passer des milliers d’heures d’amusements à des millions de visiteurs.

-« Nature reconstituée » :

Que cela soit pour le cinéma (faux ciel, fausse mer), les zoos, les parcs d’attractions ou aquatiques, l’aspect décoratif de grands parcs il est amusant de constater que l’imagination n’a pas de limite quand il s’agit de copier la nature.

-« Copies de villes & Studios de cinéma » :

Vous trouverez dans cette liste de nombreux décors de studios de ciné, de Bollywood à Hollywood en passant par les villages de « Western spaghetti » espagnols. Vous allez aussi voir des villes entières, surtout en Chine, quelles soient « fantômes » ou pas. Bravo à Shanghai pour être la ville comportant le plus de Fake grâce à ses 9 villes satellites ayant chacune « un style architectural d’inspiration étrangère« .

Amusez-vous bien avec cette carte et écrivez-nous si vous avez connaissance d’autres lieux. En particulier des vues satellites les plus impressionnantes.

La carte sera corrigée et enrichie très régulièrement.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Hinterland (2009), documentaire de Marie Voignier.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Découvert à l’occasion des 18èmes Rencontres du cinéma documentaire 2013, par un froid après-midi de dimanche, « période et température idéales pour le voir » selon la réalisatrice voici quelques notes sur le film Hinterland.

Aéroport de Brand-Briesen, Allemagne.

 

« À soixante-dix kilomètres au sud de Berlin, installé dans une ancienne base militaire, un immense dôme métallique aux allures de vaisseau spatial abrite désormais un parc tropical saisissant. À travers la découverte de Tropical Islands et des multiples sédiments historiques sur lesquels il est implanté, le film propose une singulière mise en perspective d’un lieu avec son histoire, une archéologie poétique de notre rapport au temps, à l’espace et à l’illusion. »

Dans « The Truman Show » Truman Burbank veut s’en échapper. Ici on paye pour y rentrer.

Ayant l’idée du film suite à la lecture d’un article de Libération, Marie Voignier, réalisatrice « spécialiste » des sujets mêlants réel & fiction, tourna Hinterland en 2009.

Le décor est gigantesque et fascinant : imaginez 66.000 m2 de fausse mer à 30° (équivalent de quatre piscines olympiques) en face d’un ciel peint, un jardin tropical, des attractions, spas, restaurants, et tipis dans un énorme ancien garage à dirigeables; le tout au milieu d’une ancienne base militaire de l’empire soviétique de l’ex-RDA.

« Le paysage de Tropical Islands a été fait par les architectes qui ont dessinés Copacabana » dit fièrement le directeur marketing, tout comme l’attaché de presse excité par son nouveau poste dans l’entreprise de loisir qui vante l’authenticité de morceaux de décor construits par des ouvriers venants de Bali.

Dans sa note d’intention la réalisatrice précise : « C’est un produit de loisir d’aujourd’hui où, derrière le décor, se cache un travail énorme pour élaborer cette impression de voyage et de liberté. Mais l’exotisme scénarisé de Tropical Islands est une accumulation de pastiches, de simulacres au sens platonicien : la copie à l’identique d’un original qui n’a jamais existé. »

Nous voyageons de manière fluide dans l’espace et le temps : les ruines des logements de l’armée russe (qui doivent beaucoup plaire aux explorateurs urbains), une vidéo de la construction du Dôme qui n’a en fait jamais servi de hangar, la société de portage aérien ayant fait faillite…

On a du mal à imaginer le fort trafic aérien militaire tant le silence règne sur la base de loisirs. Chose assez étonnante pour un espace clos où les visiteurs doivent s’amuser, rire, s’éclabousser. Mais le public du parc n’aura pas la parole, ses réactions n’est pas ce qui intéresse la réalisatrice.

Le film de Marie Voignier évoque « le rapport à l’autre, complexe dans cette région connue pour sa xénophobie« , dont l’explication tient peut-être à la présence de l’armée russe non acceptée par les locaux. Plus qu’un « Center parc » c’est « une idéologie très forte, qui veut réécrire l’Histoire« .
Le directeur marketing explique ainsi que « Tropical Islands sert à la lutte contre la xénophobie, construit sur un ancien aéroport, symbole de la grande entente mondiale« .
La réalisatrice confirme : « Il écrit sa propre mythologie, il se coupe lui-même la parole mais c’est trop tard : il s’est dévoilé« .

Walden; or, Life in the Fake ?

Krausnick, la ville à côté du Dôme, est dénommé Tropical Islands et inversement, ce sont deux anciennes du village qui le disent. L’Hinterland (littéralement l’arrière-pays) qui attire travailleurs comme touristes polonais est passé « d’une conception du monde à une autre ».

En 10 jours de repérage et deux semaines de tournage, Marie Voignier, rend compte d’une réalité d’un défi économique et touristique risqué fondé sur les cendres chaudes des aléas de l’Histoire de l’Allemagne de l’après-guerre.

L’Ange de l’Histoire de Paul Klee décrit par son propriétaire le philosophe Walter Benjamin comme « ayant le visage tourné vers le passé » est bien la figure que nous voyons sur un ballon à l’intérieur du Dôme. Symbole résumant bien l’intention de réalisation : regarder le passé authentique d’une région pour mieux comprendre l’hyper-réalité d’un faux jardin d’Eden tropical.

« …und du fühlst dich gut » (et vous vous sentez bien) est le slogan de Tropical Islands, qui résume bien notre état suite au visionnement des films étonnants et fins de Marie Voignier.

Vous pouvez voir le film en VOD à partir de 1€ sur Doc Alliance :
http://dafilms.com/film/8024-hinterland/

Le site de Tropical Islands (avec carte interactive et nombreuses vidéos) :
http://www.tropical-islands.de/en/attractions/

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Bienvenue sur le blog du Musée du Fake.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Faux, contrefaçons, mensonges, impostures, décors, manipulations, illusions, trompe-l’œil… La réalité dépasse souvent la fiction, et à l’heure du story-telling la vie n’est plus un songe tranquille.
Bienvenue dans le monde bien réel du Fake !
Bienvenue dans sur le blog du « Musée du Fake » !

« Fake », mot anglais, « désigne globalement quelque chose de faux, de truqué. » Il a été choisi car sur internet il englobe plus de thématiques que le mot « faux ».

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail