INTERVIEW : Dot Pierson, co-créatrice de HEROES, spectacle immersif rock !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

YOU COULD BE HEROES JUST FOR ONE NIGHT

« Heroes », David Bowie

Dot, Peux-tu nous présenter Heroes, ton rêve éveillé du 11 avril prochain ?

Heroes est un spectacle immersif théâtral, expérimentiel et musical autour du rock. Nous sommes partis de ce point de départ: nous manquons de héros et de héroïnes.
Notre époque souhaite en (re)trouver et pourtant, les illusions n’ont jamais été autant déceptives. Nous vivons dans un monde où l’on ne croit plus aux utopies politiques, où l’on se met en scène perpétuellement utilisant massivement la technologie, où même l’amour se scroll sur un écran. Où chercher ? Comment en (re)trouver ? Nous avons imaginé une solution qui se trouverait peut-être dans la musique. En effet, celle-ci compte un nombre considérable de héros. Mais ceux-là disparaissent petit à petit : et encore une fois nous nous retrouvons face à la peur de les perdre.
Nous avons monté ce spectacle autour des grands héros du rock, principalement des années 60/70 avec une pointe de 80. Nous avons aussi agrandi le cercle aux auteurs de cette génération. Nous proposons aux spectateurs de venir les “réveiller”. Bien loin d’un musée de cire, il s’agit plutôt de se confronter à “l’âme” de ces personnalités et d’y comprendre en quoi ils sont représentatifs d’une certaine forme d’héroïsme. A partir de cette invitation, le temps d’une soirée, le public sera amené à trouver dans ce labyrinthe interactif et artistique ceux qui nous ressemblent bien plus que nous ne pouvons l’imaginer. Il partira à la découverte de créatures fascinantes en étant créateur de son expérience et apprendra beaucoup sur lui-même et le héros qui est en lui.

On y croisera des sosies de Davie Bowie, Mick Jagger, Janis Joplin, Bob Dylan… quelle affiche ! Doit-on venir nous aussi maquillés et costumés ?

Heroes n’est pas un spectacle de sosies. Evidemment, les personnages seront très reconnaissables mais cela n’est pas le but. Nous souhaitions surtout travailler sur leur “âme”. Nous avons décidé de choisir 7 membres emblématiques du club des 27: Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Amy Winehouse, Janis Joplin, Robert Johnson et Kurt Cobain. Nous en avons tiré 7 grandes thématiques qui sont importantes dans leurs travaux et vies respectives. De là, nous avons construits tout le spectacle. L’affiche est merveilleuse, en effet. Je n’ai pas l’habitude de travailler tous les jours avec Freddy Mercury, Anita Pallenberg et Lou Reed ! Cela prête à de jolis moments de discussion avec notre superbe équipe de costumières (dont Emilie Malfaisan est la costumière en chef) et de maquilleuses (avec Mara Sastre à la tête) qui m’appellent pour me demander quel eye liner irait le mieux pour Edie Sedgwick ou si la tunique de Bowie est à la bonne taille. Se dire que je vais répéter avec Bob Dylan et Patti Smith ou encore avoir une discussion avec Anaïs Nin et Simone De Beauvoir, c’est jouissif. Les spectateurs ne sont pas du tout obligés de venir costumés ou maquillés. Bien au contraire. Déjà car des surprises les attendent mais surtout car ce qui nous intéresse c’est eux, au plus profond d’eux-mêmes. C’est pour cela que nous l’avons monté. Nous leur proposons un spectacle certes, mais surtout nous les invitons à s’interroger sur eux-mêmes et sur le monde. Pas besoin de mettre un perfecto en cuir pour ça. Et de toutes façons, nous saurons trouver leur coeur de rockeur même sous un survêtement Tacchini.

As-tu des indices ou conseils afin d’accéder aux salles cachées et autres surprises de « HEROES » ?

Petit indice, sans trop dévoiler du spectacle : cherchez les chamanes !

Dot Pierson

Pour les conseils, je ne saurais que les pousser à mettre des chaussures confortables, manger auparavant car le spectacle dure 3h, savoir qu’il va falloir chuchoter au maximum, ne pas hésiter à se séparer des personnes avec qui on est venu car c’est une toute autre expérience et bien regarder dans toutes les pièces : les héros peuvent être n’importe où. Bref être curieux et ouvert. Ha si, et ne pas oublier des bouchons d’oreilles pour les plus sensibles.

Avant Héroes tu avais mis en scène d12ouze (performance sur l’intime pour 12 spectateurs par séance, qui permettait entre autres de s’échanger des secrets) pourquoi aimes-tu autant « l’immersif » ?

Il y a encore 2 ans, je ne connaissais absolument pas l’immersif, pourtant datant des années 70, c’est dire si j’étais en retard.
Il s’avère que D12ouze était à la base une commande de spectacle sans spécialement être catégorisée. Ayant carte blanche, j’ai écrit une première version. Après l’avoir joué, beaucoup ont fait le lien avec Sleep No more et j’ai donc commencé à faire des recherches. J’ai continué à la suite à le développer avec mon co-metteur en scène Grégory Ragot avec lequel nous avons beaucoup poussé les questionnements sur l’immersif. Et puis j’ai rencontré Léonard Matton qui a monté “Helsingor “ (Hamlet en immersif) et “Le secret” premier lieu à Paris de théâtre immersif. J’ai eu la chance qu’il me propose de rejoindre son équipe et j’ai appris énormément à ses côtés. A partir de là, il y a eu ma rencontre décisive avec Jules Guillemet. Avec lui, nous avons monté Hummm qui propose des expériences immersives qui ont du sens pour des marques mais aussi des spectacles de création. Je lui ai proposé l’idée de Heroes et c’est devenu le premier spectacle de création que nous montons avec notre collectif. Nous l’avons écrit à 5 (avec Laure Garnier, Camille Jourde et Laurent Henode) et nous le co-mettons en scène avec Jules. Je crois avoir définitivement attrapé le virus de l’immersif. Alors que j’avais commencé par le cinéma mais n’y trouvant plus mon compte, ayant mis en scène au théâtre mais étant frustrée par le 4ème mur : j’ai enfin trouvé ma forme.
L’important pour moi étant le public, le rapport à celui-ci et ma thématique principale étant l’intimité, je ne pouvais pas être plus épanouie que dans l’immersif. Et puis travailler avec des comédiens en immersif est fascinant. Déjà, la mise en scène est différente; il faut qu’ils sachent improviser, qu’ils aiment créer du lien avec l’autre, qu’ils veulent donner et recevoir. C’est fascinant, enrichissant et un honneur de travailler avec ces artistes complets.

Tu étais aussi de l’aventure du Secret, 1er écrin d’expériences immersives parisien, comment vois-tu le futur de ce genre très apprécié des anglo-saxons et qui irradie en ce moment en France ?

Demain sera immersif, de toutes évidences. Il y a de la place pour toutes les formes, toutes les créativités et tous les possibles.
La seule chose que je crains c’est évidemment l’effet de mode : chacun va y aller de sa version immersive. A partir du moment où l’on placera un comédien près d’un spectateur, cela aura l’appellation immersif. J’espère juste que les metteurs en scène et producteurs ne galvauderont pas trop cette forme et qu’ils n’oublieront pas l’essentiel du travail immersif : le public.

Infos pratiques :

Le site du spectacle :
https://www.spectacleheroes.com/
 
La page facebook du spectacle :
https://www.facebook.com/heroesspectacle
 
L’événement facebook :
https://www.facebook.com/events/579184922599595/

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.